E-mailing du 26 septembre 2018 - 2018, une année différente de 2017 ?


I-Pocampe vous informe...
. - N°47

.

POINT MACROÉCONOMIQUE :

 

On aurait bien voulu continuer sur l’élan de reprise de l’année 2017 mais les perspectives pour 2018 et 2019 nous laissent croire que la croissance mondiale resterait au niveau de 3%, pareil qu’en 2017. Certes, on reste à peu près au même niveau de croissance de la production mondiale, mais les gains économiques sont inégalement répartis entre les zones commerciales. Les pays comme le Brésil, l’Argentine, la Russie et le Nigéria n’ont toujours pas retrouvé un taux de croissance suffisant et sont toujours dépendants des cours des matières premières et du dollar américain. D’un autre côté, le commerce mondial pourrait pâtir des tendances protectionnistes initiées principalement par le président américain Donald Trump à l’égard de la Chine en premier lieu mais aussi contre l’Europe, le Mexique et le Canada. L’Europe tend vers des négociations avec Donald Trump tandis que pour la Chine ce sont 506 milliards d’exportations menacées dont 240 Mds déjà taxés à ce jour.

En Europe, sauf en Allemagne, on observe un ralentissement généralisé. Le risque politique emmené par le mouvement populiste est toujours d’actualité et pèse sur les économies. En Espagne, en Italie, en France et même en Allemagne où Angela Merkel doit s’accorder avec le parti conservateur allemand. En Italie, le programme du nouveau gouvernement reste encore flou et nous avons quelques doutes sur sa pérennité et l’orientation budgétaire. Ces tensions italiennes ont été ressenties sur les taux d’intérêts italiens passant de 1,78% à 3,24% en l’espace de 4 mois (entre Avril et Août 2018). En France, le gouvernement n’a pas encore pas réussi son pari de réduire le déficit public car plusieurs réformes sont encore en attente et en phase de négociation avec les partenaires sociaux.

Ainsi, d’une manière générale, on ressent un ralentissement en Europe tandis que de l’autre côté de l’atlantique, l’économie américaine affiche des chiffres extraordinaires sans montrer des signes d’essoufflement. C’est un constat qu’on observe sur les indicateurs de confiance des entreprises et sur les performances des indices boursiers.
 

Indicateur de confiance des entreprises

Schéma PIF 26 09 18

Source : Données OCDE


Le graphique montre bien la tendance baissière en Europe (ligne rouge et violet) contrairement aux Etats-Unis où les entreprises sont de plus en plus confiantes (ligne bleu). La performance de l’économie américaine vient surtout des réformes menées par le président Donald Trump pour redonner de la marge aux entreprises américaines et renforcer le pouvoir d’achat. La croissance est toujours au plus haut, estimée à 3% pour 2018. Le chômage est au plus bas, à 3,90% et on observe une croissance des salaires de 4,80%.


ACTUALITÉS :

 

- L’attrait des critères ESG dans la gestion et la sélection des OPCVM
 

Le principe des critères ESG intègre 3 préoccupations à savoir Environnementales, Sociales et de Gouvernance d’entreprise. C’est aussi connu sous l’acronyme « RSE » (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Ce que signifie chaque critère :

  • Environnement : Mesure de l’impact de son activité sur l’environnement, l’utilisation de technologies dites propres et intégrer dans son offre des produits et des services verts
  • Social : Favoriser la diversité, garantir de bonnes conditions de travail et favoriser l’emploi et le développement du territoire d’implantation
  • Gouvernance d’entreprise : meilleure organisation dans l’entreprise, satisfaction des employés, lutte contre la corruption et pérennité de l’entreprise

 

- Les impacts de la nouvelle loi RGPD sur les métiers de la gestion de l’épargne
 

Les professionnels de l’épargne et de la finance ont désormais l’obligation de mettre en place des politiques et procédures adaptées pour assurer une sécurité pérenne des données confiés par les clients. Il s’agit d’une réelle évolution du métier couplée à plusieurs autres nouvelles normes.
 

- Placements en actions : le retour des épargnants se confirme ?

 

schéma 2 PIF 2018

Source : Autorité des Marchés Financiers

 

Selon la dernière enquête réalisée par Kantar TNS et publié dans la lettre de l’Observatoire de l’épargne par l’Autorité des Marchés Financiers, on se rend bien compte que le taux de détention d’actions en direct se confirme en 2018 (7,8%) par rapport à 2017 (7,6%). Le nombre d’investisseurs en actions direct ou via des fonds augmente également.

 

« Le document n’a aucun caractère contractuel ni indicatif des choix et objectifs de l’investisseur. L’ensemble des données est présenté à titre purement informatif et ne peut en aucun cas être assimilé à une offre d'achat, de vente, de souscription ou de services financiers, et est fourni et mis à la disposition par des sources extérieures. Des modifications des informations financières et des dispositions juridiques et administratives, notamment fiscales, peuvent subvenir postérieurement à la rédaction du présent document. Par ailleurs, les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps. Il est d’ailleurs rappelé que la valeur des unités de comptes et celle des fonds en général ne sont pas garanties mais sont sujettes à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers. Dès lors, Financière Conseil décline toute responsabilité dans l'utilisation qui pourrait être faite de ces informations et les conséquences qui pourraient en découler. »

Le conseil I-Pocampe

Dans cet environnement macroéconomique dynamique et incertain, les 2 mots les plus importants sont « vigilance » et « sélectivité ». Ce conseil est important pour une personne physique, mais surtout pour la personne morale qui a des besoins bien spécifiques en termes de couple rendement-risque et de sécurité. Nous estimons qu’une personne morale doit aujourd’hui se tourner vers des actifs dont le risque est maîtrisé, à l’exemple des produits structurés offrant une garantie certaine en capital partielle ou totale. On pourrait vous présenter l’idée d’un produit structuré offrant une garantie à 100% sur le capital investi et son objectif de coupon annuel estimé à 2,50%. Il est désormais possible pour les personnes morales d’avoir à disposition ce type de produit sécuritaire sur des durées de 5 à 10 ans. Il serait donc intéressant pour la personne morale de se faire accompagner à ce titre. En effet, certaines situations macroéconomiques et financières sont bien souvent des occasions de réorienter son portefeuille d’investissement, voire l’adapter.

Connexion

Comment devenir membre
Authentification

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK